Mathilde Descoux, étudiante à Montpellier Management et sportive de haut niveau

Montpellier Management

Nos étudiants

Sport

Étudiante en première année de Licence Gestion au sein de Montpellier Management, Mathilde Descoux est aussi une sportive de haut niveau. Membre de l’équipe de France Junior d’athlétisme et double championne de France en 2021 U20 sur 400m, elle compose son emploi du temps sportif avec ses cours à l’école universitaire. Elle revient sur son expérience en tant qu’étudiante et sportive de haut niveau.

Bonjour Mathilde. Peux-tu te présenter ?

Bonjour, Je m’appelle Mathilde Descoux, je suis sportive de haut niveau et je suis membre de l’équipe de France junior d’athlétisme. Je pratique le 400m au club de Montpellier Athletic Métropole Méditerranée et je suis aussi en première année de Licence Gestion à Montpellier Management.

J’ai commencé l’athlétisme grâce à mes parents, qui pratiquaient tous les deux ce sport et j’ai tout de suite baigné dans le milieu car mon père a été sélectionneur de l’équipe de France juste avant ma naissance. C’est aujourd’hui lui qui m’entraine au quotidien.

Qu’est-ce qui a fait que ta pratique sportive est devenue sérieuse ?

Je pense que ce sont surtout mes résultats qui m’ont permis de réaliser que ma pratique sportive devenait sérieuse. J’ai aussi côtoyé en équipe de France des athlètes de mon âge qui avaient une organisation professionnelle avec des aménagements universitaires conséquents, cela m’a donné envie de tout mettre en place pour progresser. 

Tu as toujours pratiqué dans le même club ?

Oui, je suis en réalité dans le club de Mireval Gardiole athlétisme qui est un petit club antenne de celui de Montpellier créé par mes parents lorsque j’étais petite. J’ai donc commencé à l’âge de six ans et depuis je ne me suis jamais arrêtée !

Pourquoi avoir voulu intégrer Montpellier Management ?

Dans le milieu de l’athlétisme, j’ai eu l’occasion de parler à des cadres d’entreprises qui m’ont expliqué leur métier autour du sport et cela m’a convaincu. Par la suite on m’a conseillé à de nombreuses reprises de venir à Montpellier Management car c’est un établissement qui permet de nombreux débouchés et je pouvais bénéficier d’aménagements sportifs.

Comment réussi-tu à allier sport et études ?

Au lycée c’était plutôt facile, je travaillais moins en dehors des cours donc tout mon temps libre était consacré à l’athlétisme. Cette année c’est beaucoup plus compliqué. J’ai plus d’entrainements et de rendez-vous médicaux et je dois aussi plus travailler chez moi pour réviser mes partiels.

Je m’entraine tous les jours de la semaine sauf le dimanche, donc dès que j’ai un trou dans mon emploi du temps ou après les cours je vais au stade Philippides pour faire ma séance avec mon coach pendant que mes amis vont réviser à la bibliothèque par exemple.

J’ai aussi environ deux rendez-vous chez le kiné par semaine donc j’essaye de les placer juste avant ou après mes cours en plus des entrainements. Parfois ce n’est pas facile et je dois rater un cours mais mes amis sont toujours là pour m’envoyer ce que j’ai manqué.

J’ai l’autorisation de rater les cours pour mes entrainements, mes stages ou mes compétitions en revanche je ne peux pas rater un contrôle ou le rattraper sinon comme tout le monde j’ai zéro. J’essaye de ne pas me mettre de pression au niveau des études car j’en ai déjà au niveau sportif et je me dis que si je n’arrive pas à avoir mon année en un an je peux toujours la faire en deux ans, c’est une pratique habituelle dans le milieu sportif.

Arrives-tu à avoir une vie étudiante ?

C’est souvent compliqué de gérer une vie de jeune adulte à une vie de sportive de haut niveau. J’ai beaucoup d’entrainements et de rendez-vous médicaux et je dois aussi beaucoup me reposer pour me permettre d’éviter les blessures et d’être en forme pour mes entrainements. Je dois souvent refuser de sortir avec mes amis et j’ai beaucoup moins de temps pour travailler qu’eux.

A côté de ça le sport m’apporte beaucoup de bons moments qui font que je ne vois pas tout cela comme des contraintes.

Quel est ton parcours et ton palmarès sportif ?

J’ai eu la meilleure performance cadette en 2020 sur 400m et je suis double championne de France en 2021 dans ma catégorie (U20) sur 400m en salle et en extérieur. J’ai fait deux sélections internationales cet été : les championnats d’Europe en Estonie où j’ai finis 6ème et les championnats du Monde au Kenya où j’ai finis demi-finaliste (13ème).

Qu’est-ce que tu peux nous dire sur la présence féminine dans ce sport qu’est l’athlétisme ?

L’athlétisme est un sport qui s’est ouvert très tôt aux femmes et qui permet d’ailleurs par la diversité de ses spécialités de proposer de l’activité à toutes les femmes. Toutes les spécialités sont communes, une femme peut lancer le marteau ou sauter à la perche comme un homme.

Quel est ton projet professionnel ? Plutôt les études ou plutôt le sport ?

Ce choix est difficile et ne dépend pas que de mes envies. J’aimerais dans un premier temps pouvoir vivre de mon sport et devenir professionnelle pendant quelques années tout en préparant ma future carrière professionnelle lorsque je serai en retraite sportive. Mais cela dépendra de mon évolution sportive et de mes performances car en athlétisme, pour pouvoir être professionnel il faut avoir un certain palmarès comme être allé aux jeux olympiques par exemple.

Quoi qu’il en soit, je souhaite travailler dans le milieu du marketing sportif par la suite.

Quelles sont les prochaines étapes importantes pour toi ?

Mon objectif de l’année 2022 est d’être sélectionnée aux championnats du monde en Colombie et de finir finaliste.

J’ai aussi comme objectif d’être championne de France en juillet.

A plus long terme, j’aimerais participer aux Jeux Olympiques de Paris en 2024 dans le relais 4x400m.


28 février 2022 : Moma-COM